Cookie Consent by PrivacyPolicies.com
Accueil
Objectif prévention AIPVR prévention santé travail

BTP : semaine prévention 2021

Dans le cadre de la semaine de prévention dans le BTP du 29 mars au 2 avril 2021, nous avons le plaisir de relayer le programme de webinaires proposé par la Fédération Française du Bâtiment. 

5 thèmes à découvrir tout au long de la semaine : 

  • Travaux en hauteur
  • Risque routier
  • Accueil santé /sécurité sur le chantier et au poste de travail
  • Poussières et risque chimique
  • Manutentions manuelles & troubles musculosquelettiques (TMS)

JE M'INSCRIS


FOCUS sur des risques spécifiques

EXPOSITION A L'AMIANTE

Un Repérage Avant Travaux (RAT) est nécessaire dès lors qu'une intervention est prévue sur un bâtiment construit avant l'entrée en vigueur du décret du 24 décembre 1996 interdisant l'amiante. Le RAT donne lieu à un rapport qui mentionne s'il y a de l'amiante ou non et, le cas échéant, quelle est sa nature, dans quels matériaux ou produits est-elle, et quelle en est la quantité estimée.

Tous les professionnels du second oeuvre peuvent être exposés lors de travaux de maintenance ou de rénovation : peintres, couvreurs, plombiers, chauffagistes, maçons, électriciens ...

Des expositions courtes et occasionnelles peuvent avoir de graves conséquences pour la santé. Même expérimenté, vous pouvez être exposé au risque amiante.

Les habitudes de travail ne constituent pas toujours un bon réflexe de prévention. Seul le respect de bonnes pratiques de prévention peut vous protéger.
Evitez de toucher aux matériaux amiantés, sinon limitez le plus possible les expositions aux poussières :

  • humidifiez : réduisez l'exposition aux poussières grâce à un brumisateur
  • sécurisez les opérations de désamiantage grâce à un robiot de décontamination
  • utilisez des outils manuels,
  • aspirez les poussières à la source avec un aspirateur à filtre à très haute efficacité (THE),
  • enveloppez les matériaux amiantés avec des films étanches,
  • portez une protection adaptée (vêtements de protection à usage unique de type 5, gants étanches, protection respiratoire adaptée selon le niveau d'empoussièrement.
  • s'équiper d'un robot pour nettoyer les tôles ondulées en fibrociment

Rapport Carto Amiante
Le deuxième rapport Carto Amiante, mené dans le cadre d’un partenariat entre la DGT, l’OPPBTP, l’INRS et la Cnam, a été publié en avril 2019. Ce deuxième rapport recense une nouvelle série de mesures, menées avec 155 entreprises du BTP, sur près de 324 chantiers, ainsi qu'une analyse de six nouvelles situations de travail (soit 11 au total) :

  • Le perçage de dalles et revêtements de sol
  • Le recouvrement de dalles et revêtements de sol (Nouveau)
  • Le vissage-dévissage sur dalles et revêtement de sol (Nouveau)
  • Le décollement de quelques dalles et revêtements de sol (Nouveau)
  • Le perçage de peintures et enduits intérieurs
  • La découpe-démontage par outils manuels de canalisations extérieures en amiante ciment
  • Le démontage/déconstruction de toitures
  • Le démoussage de toitures
  • Le perçage de colle de carrelage faïence (Nouveau)
  • Le grattage de colle de carrelage faïence (Nouveau)
  • Le perçage de peintures et enduits de façade extérieure (Nouveau)

.


EXPOSITION AU SILICE

On trouve la silice cristalline sous forme de quartz minéral dans de nombreux matériaux : 

Les actions de travail qui engendrent l’émission, dans l’air, de poussières de silice cristalline sont nombreuses dans le BTP. Notons que les expositions sont souvent plus élevées sur les chantiers de rénovation (démolition, perçage de murs) que sur les chantiers de constructions neuves. En 2019, les affections liées à la silice cristalline ont augmentées de 13,9% (parmi les maladies professionnelles reconnues). 

La directive européenne 2017/2398 du 12 décembre 2017 a classé les poussières de silice comme agent cancérogène. Elle a également fixé une valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) à la poussière de silice cristalline alvéolaire à 0,1 mg/m3. 

La France avait jusqu’en 2020 pour transposer ce changement de classification en droit français. C’est désormais chose faite depuis la publication de l’arrêté du 26 octobre 2020 fixant la liste des substances, mélanges et procédés cancérogènes au sens du code du travail. Cet arrêté liste des substances, mélanges, et procédés considérés comme cancérogènes au sens de l’article R. 4412-60 du Code du travail, et y ajoute, à compter du 1er janvier 2021 les travaux exposant à la poussière de silice cristalline alvéolaire issue de procédés de travail.

Comment se protéger ? 

  • Organiser le chantier de manière à limiter l’empoussièrement à la source (utiliser des équipements ou procédés moins émissifs : limiter au maximum l’usinage par abrasion, aspirer les polluants à la source au poste et travailler à l’humide)
  • Mettre en place les protections collectives : dispositif de captage à la source des poussières, dispositifs de ventilation
  • Fournir des équipements de protection individuelle et veiller à ce qu’ils soient bien utilisés : masques, lunettes et combinaison
  • Vérifier périodiquement le respect des valeurs limites d’exposition professionnelle (VLEP)
  • Procéder au nettoyage régulier des lieux de travail (à l’aide d’un aspirateur équipé d’un filtre à très haute efficacité ou de linges humides)
  • Établir les notices de poste et élaborer la fiche de prévention des expositions
  • Former / informer le personne

L'INRS propose des fiches pour vous aider à repérer l’exposition à l’amiante et aux poussières de silice :

 


EXPOSITION AUX POUSSIERES DE BOIS

En France, quelque 370 000 salariés sont exposés aux poussières de bois. Près de la moitié appartiennent au secteur du BTP. Ils travaillent dans les métiers de la menuiserie, de la fabrication de parquets, d’escaliers, de charpentes...

L’émission de poussières de bois, ou leur diffusion dans l’air, se retrouve surtout lors de 2 phases : les opérations de travail du bois (ponçage, de découpe ou de sciage…) ainsi que certaines opérations de nettoyage.

Démarche de prévention  

Les travaux exposant aux poussières de bois inhalables figurent sur la liste réglementaire des procédés 0 .0cancérogènes, ce qui implique l’application de mesures de prévention spécifiques.

Expositions aux poussières de bois : principales mesures de prévention à prévoir par l’employeur

  • Évaluer les risques d’exposition aux poussières de bois (postes concernés, degré et durée d’exposition des opérateurs)
  • Réduire les émissions de poussières : captage à la source, dispositif intégré sur les machines et équipements portatifs, raccordement à un système d’aspiration entretenu…
  • Réduire le nombre d’opérateurs exposés : isolement des postes polluants, encoffrement des machines, restriction de l’accès aux zones à risque…
  • Réduire le niveau et la durée d’exposition des salariés : rotation du personnel aux postes à risque, procédures de nettoyage par aspiration…
  • Former et informer les opérateurs exposés, y compris les salariés chargés de la maintenance ou du nettoyage (notice de poste notamment)
  • Organiser un suivi individuel renforcé des travailleurs exposés
  • Faire nettoyer régulièrement les vêtements de travail et fournir des équipements de protection individuelle adaptés et entretenus
  • Contrôler tous les ans l’efficacité du système de ventilation et de captage à la source et mettre à jour le dossier d’installation du système de ventilation
  • Faire contrôler le respect de la valeur limite d’exposition professionnelle par un organisme accrédité, au moins une fois par an

 


TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

Travaux de manutention, intervention à genoux ou les bras en l’air, activités répétitives… De nombreuses situations de travail peuvent provoquer TMS.

Les TMS restent la première cause de maladies professionnelles dans le bâtiment et les travaux publics. De nombreux moyens pour limiter ce risque : mieux préparer le chantier et le poste de travail, échauffement avant la prise de poste, éviter les situations les plus difficiles en mécanisant certaines tâches ou en ayant recours à une technique alternative, limiter les répétitions des gestes, partager la charge…

Modifier mes préférences en matières de cookies.